Quels sont les métiers du futur ?

Les choses évoluent très vite ! Il n’est donc pas facile de répondre précisément à cette question mais nous vous proposons ici quelques pistes de réflexion pour tenter d’y voir plus clair.

Du fait du développement de l’automatisation (déploiement des machines et des robots), de la numérisation (déploiement de l’informatique et des réseaux), du recours accru à l’intelligence artificielle…, la plupart des métiers sont appelés à évoluer dans les années à venir.

Le Rapport «  Automatisation, numérisation et emploi » du Conseil d’Orientation pour l’Emploi de janvier 2017 indique que d’ici une quinzaine d’années :

  • la moitié des emplois existants sont susceptibles d’évoluer, dans leur contenu, de façon significative à très importante ;
  • l’existence de moins de 10 % des emplois actuels est menacée dans un contexte d’automatisation et de numérisation ;
  • le progrès technologique continuerait à favoriser plutôt l’emploi qualifié et très qualifié.

Les évolutions à venir conduiront aussi à créer de nouveaux emplois et métiers, notamment dans les secteurs du numérique et de la robotique.

La plupart des emplois et des métiers existants aujourd’hui demanderont de nouvelles compétences liées à l’apparition de nouvelles technologies. Par ailleurs, certaines compétences devraient être bien plus mobilisées dans une économie numérisée :

  • des compétences expertes dans les nouvelles technologies, dans le secteur des technologies elles-mêmes, mais aussi dans tous les secteurs économiques utilisateurs de ces technologies ;
  • pour tous les actifs, une augmentation du besoin de compétences dites « transversales », qui recouvrent des compétences numériques générales, des compétences cognitives (langues et mathématiques) et des compétences sociales et situationnelles (travail en équipe, organisation de groupes…)*.

Dans les prochaines années, des formations devraient être développées dans le domaine de l’intelligence artificielle (domaine qui regroupe des techniques visant à permettre aux machines d’imiter l’intelligence humaine, comme par exemple la reconnaissance vocale ou faciale). Quatre secteurs d’activités devraient être particulièrement être impactés par ces nouvelles techniques : la santé, l’environnement, les transports et la mobilité, et la défense et la sécurité. La recherche dans ce domaine devrait également être de plus en plus importante**.

* Source : Rapport «Automatisation, numérisation et emploi» du Conseil d’Orientation pour l’Emploi de janvier 2017

** Source : Rapport du mathématicien et député Cédric Villani «Donner un sens à l’intelligence artificielle, pour un stratégie nationale et européenne», de mars 2018.

 

Enfin, dans ce contexte, c’est l’organisation-même du travail qui pourrait être renouvelée.

Et dans un avenir plus proche ?

Une étude* montre que, d’ici 2022, de nombreux emplois vont être créés dans les secteurs : 

  • Des services liés à la santé
  • Du social,
  • De l’éducation et des services aux personnes,
  • Des activités récréatives, culturelles et sportives,
  • De la distribution (vente),
  • De l’hôtellerie et de restauration,
  • Des services d’appui scientifiques et techniques. 

Pour remplacer de nombreux départs à la retraite, des recrutements seront aussi envisagés sur des emplois suivants :

  • Agents d’entretien, 
  • Aides à domicile,
  • Enseignants, 
  • Aides-soignants,
  • Infirmiers,
  • Cadres administratifs, comptables et financiers,
  • Conducteurs de véhicules,
  • Vendeurs. 

 

* Source : Rapport «  Les métiers en 2022 » de France Stratégie et la DARES, publié en avril 2015.

Par ailleurs, les enjeux en matière environnementale et écologique nous demandent de repenser nos façons de consommer, de produire, de travailler, de vivre ensemble. La transition écologique est aussi une question d’emploi et de compétences.

D’ici 2030, par exemple, les investissements dans le secteur des énergies renouvelables (énergie éolienne, énergie solaire photovoltaïque, biocarburants…) devraient conduire à la création de 20 millions d’emplois supplémentaires au niveau mondial*. Pour accompagner ce mouvement, des formations dans les métiers que l’on appelle « verts » (métiers qui contribuent à préserver ou à restaurer la qualité de l’environnement, qui participent par exemple à préserver les éco-systèmes et la biodiversité, à réduire la consommation d’énergie, de matières premières etc…) ou « verdissants » (métiers dans lesquels de nouvelles compétences doivent être développées pour tenir compte des enjeux environnementaux et du développement durable, comme dans les domaines des transports ou du bâtiment par exemple) sont mises en place notamment dans le cadre du Plan d’Investissement dans les Compétences. 

* Source : Rapport du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) « Le nouveau pacte vert mondial », paru en 2009. 
 

La Cité de l’Economie et des Métiers de Demain, qu’est-ce que c’est ?

La Région Occitanie crée La « Cité de l’Economie et des Métiers de Demain » à l’Est de Montpellier, espace dédié à l’anticipation des mutations économiques.

Elle pourra proposer des évènements à l’échelle régionale pour aider à mieux comprendre les évolutions des compétences et des métiers.

Ouverture prochaine

Adresse : 132 Boulevard Pénélope, 34000 Montpellier